Récemment, tous les domaines de la vie sociale et économique ont été perturbés par les effets de la pandémie de coronavirus. Bien entendu, l’industrie des transports a également été affectée par ses perturbations.

Les transports intercontinentaux et intra-européens sont des liens essentiels dans la chaîne des flux commerciaux stratégiques. Par conséquent, les perturbations, le manque de stabilisation et de prévisibilité des transports ont un impact négatif sur tous les secteurs de l’économie.

L’impact de la pandémie de coronavirus sur les chaînes de transport mondiales est très diversifié et dépend principalement du type de transport, de la direction des flux de marchandises et du secteur économique dans lequel les exportateurs et importateurs opèrent.

Le transport aérien

Le transport aérien a été le plus rapidement et le plus gravement touché par les restrictions liées à la pandémie. En raison de la fermeture des frontières nationales à la libre circulation des passagers, pratiquement tous les vols de passagers de la plupart des compagnies aériennes dans le monde, y compris l’Europe et la Pologne, ont été complètement suspendus. Les liaisons passagers sont le principal moyen de transport pour les marchandises nécessitant la livraison la plus rapide, notamment en termes d’importation et d’exportation depuis la Pologne, où les liaisons régulières basées sur des avions cargo sont relativement peu nombreuses. En raison de l’échouement de la flotte aérienne de passagers, les canaux de livraison de marchandises par cette liaison ont été bloqués et le chiffre d’affaires provenant de la vente de services de transport aérien est tombé pratiquement à zéro. Cette baisse a été largement compensée par des vols ad hoc par des avions de fret charter, voire par des avions de passagers adaptés aux seules fins du transport de marchandises. Les frais de transport ont augmenté plusieurs fois, mais ces services étaient requis par les clients liés par des contrats commerciaux conclus avant la pandémie et par des entités intéressées par le transport d’antivirus personnels et d’autres équipements médicaux, pour lesquels la demande a soudainement augmenté. L’équilibrage de la réduction des vols de passagers avec des charters de fret plus chers s’est poursuivi jusqu’au début des mois de mai et juin, lorsque la demande s’est progressivement épuisée. Depuis juillet, les compagnies aériennes ont progressivement rouvert des vols allant des vols intérieurs à européens en passant par l’intercontinental, mais les volumes de transport ne sont pas encore revenus aux niveaux d’avant la pandémie et l’industrie continue d’enregistrer des pertes.

Le transport maritime

Le transport maritime, qui a par nature des temps de transit plus longs et est donc moins sujet à des changements économiques soudains, n’a pas été trop affecté dans la phase initiale par la pandémie de coronavirus. Le développement de la pandémie en Chine et la prolongation consécutive de l’arrêt de travail traditionnel du Nouvel An chinois se sont traduits par une réduction à court terme des réservations, rapidement compensée par une forte augmentation immédiatement après le rétablissement de l’activité productive. Cependant, pendant plusieurs semaines, une diminution des volumes transportés a été notable, en particulier chez les importateurs de textiles et de produits de consommation distribués par voie fermée, en raison des recommandations sanitaires, des chaînes et des centres commerciaux. Les commandes de transport ont été complètement arrêtées par l’industrie automobile, dans laquelle de nombreuses usines dans le monde, y compris en Europe, ont été fermées. Les armateurs ont réduit le nombre de navires en réduisant l’offre d’espace de chargement, mais cela n’a pas conduit à l’augmentation attendue des taux de fret. Le marché s’est désormais stabilisé et des signes de reprise d’activité sont visibles après une légère baisse.

Le transport routier

Le transport routier, qui est crucial pour le transport entre les pays de l’Union européenne, a été pratiquement arrêté avec la fermeture des frontières, mais après 2 semaines de perturbation aux passages frontaliers, le flux de marchandises a été dégagé, et des mesures spéciales pour les personnes franchissant la frontière, comme des tests de virus ou une mise en quarantaine, ne s’appliquait pas aux camionneurs. Cependant, comme pour les autres modes de transport, l’activité de l’industrie automobile, de l’habillement, etc. a enregistré une baisse significative de la demande de transport. Cependant, le transport routier est revenu assez rapidement à un chiffre d’affaires stable, quoique à un niveau inférieur à la normale.

Activité de Bolloré Logistics

Bolloré Logistics, tant en Pologne que dans le monde, a très activement soutenu ses clients, en fournissant un service professionnel et une assistance dans des conditions de transport en évolution dynamique, dans les phases individuelles de la pandémie. Nous avons effectué plus de 200 vols charters et lancé un pont aérien entre l’Europe et l’Afrique ainsi que l’Europe et l’Amérique du Nord. Malgré la situation difficile, nous avons réussi à protéger nos employés contre les infections en utilisant des opportunités de travail à distance et par équipes. Grâce à cette activité particulière, nos collaborateurs n’ont subi aucun préjudice et nous avons conservé tous les emplois.

Source : Rédigé pour la CCIPF par le directeur géneral de Bolloré Logistic Monsieur Marcin SIKORSKI
https://www.bollore-logistics.com

À PROPOS DE BOLLORÉ LOGISTICS
Bolloré Logistics est un acteur majeur du transport et de la logistique à l’international. Accompagnant l’évolution des besoins de ses clients, Bolloré Logistics a enrichi ses savoir-faire pour être reconnu comme un acteur global de la supply chain, se classant parmi les 10 principaux groupes mondiaux du secteur, incluant le 1er réseau de logistique intégrée en Afrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *